DECLARATION BOYCOTT COMITE DE SUIVI DU 24 JUIN 2010

Publié le par les-voies-du-bon-sens.over-blog.com

link

Mesdames, MessieursP7150060.JPG

 

Par respect pour les participants ici présents à vos travaux, nos associations réunies dans les « voies du bon sens » m’ont demandé de vous lire le communiqué suivant. Elles y expliquent pourquoi elles se désolidarisent désormais d’un processus qui n’a plus leurs yeux plus de concertation que le nom. Après quoi je quitterai cette réunion qui nous apparait définitivement comme un simulacre.

 

Depuis deux mois, nous conditionnons la poursuite de notre participation à votre « processus de concertation » à deux aménagements essentiels : la prise en compte parmi les solutions étudiées-et notées- de la modernisation des voies existantes, et un délai supplémentaire de quelques semaines nous permettant d’attribuer des notes après avoir pris connaissance des résultats des couteuses études que vous avez engagées et dont vous avez reconnu ne pas détenir les résultats à ce jour.

 

Pendant 6 mois dans vos ateliers, et encore récemment dans la presse, vous avez annoncé que la modernisation des voies existantes serait envisagée parmi les solutions avant de revenir brutalement en arrière début juin.

S’agissant non seulement d’une consultation mais de ce que vous avez-vous-mêmes à maintes reprises qualifié de « concertation exemplaire », nos revendications sont légitimes. Vous ne pouvez à la fois revendiquer la légitimité issue d’une telle concertation et refuser de vous plier à ses règles les plus élémentaires, telles qu’elles s’imposent à tous au titre notamment de la convention d’Aarhus. Les tribunaux dont la saisine nous semble de plus en plus incontournable nous en rendrons probablement justice.

 

Dans des réunions aux effectifs impressionnants, les élus nous traitent d’associations irresponsables, sans apporter pour autant aucune  réponse de fond à nos arguments. Simultanément, l’idée fait pourtant son chemin au sein des populations. Un écart qui mériterait peut être un peu plus de considération.

 

En tout cas, au moment où nous nous désolidarisons de votre démarche, nous prenons en main la nôtre.

Nous allons donc au cours des prochaines semaines proposer nos propres solutions pour l’avenir économique du nord du Lot.

Des propositions modernes, qui ne se contenteront pas d’une voie nouvelle dont les seuls effets garantis sont à nos yeux son cout prohibitif et les dégâts qu’elle occasionnera au capital paysager et environnemental de notre département.

 

Ces solutions feront appel à trois leviers : des mesures économiques destinées à renforcer l’attractivité du bassin de Biars-Bretenoux, une amélioration des liaisons TER entre Brive et le bassin-dont la liaison Tulle et Brive a démontré les bénéfices-, et une amélioration des liaisons routières.


 

Concernant ces dernières,  nous allons proposer un programme de modernisation des voies existantes permettant de créer un maillage routier efficace entre le bassin, Brive et l’A 20.

Ce programme impliquera des améliorations de tracés et la création de déviations qui restent à définir, et qui pourront contribuer à lever les verrous actuels voire à écarter les poids lourds des centres villes.

Nos propositions seront d’autant plus facilement acceptables qu’elles répartiront équitablement les impacts de la circulation routière entre différentes communes. Ainsi le maire de Turenne  a-t-il par exemple récemment confirmé son accord dans ces hypothèses pour continuer à autoriser le passage des poids lourds dans sa commune.

 

Ces propositions, nous allons les construire en concertation avec l’ensemble des populations concernées et leurs associations, y compris, nous en sommes surs, celles qui défendent les intérêts économiques du bassin depuis des mois. La qualité de notre démarche les interpelle déjà. Et leur désir d’aboutir à une solution rapide devrait lever les derniers freins.

 

Pendant cette période, nous allons continuer d’informer les populations et de leur proposer de réagir par tous moyens, y compris les médias.

 

Nous avons confiance dans le bon sens des Conseils Généraux du Lot et de la Corrèze pour s’intéresser à une solution moins traumatisante et moins ruineuse que la voie nouvelle, surtout si elle apparait la meilleure à tous.

Et nous aurons alors peut être réussi ensemble cet exemple de démocratie locale dont nous rêvons tous depuis le début.

 

Je vous remercie de votre attention.

 

 

 

Jean Claude TASSAIN

 

Porte parole de la coordination « les voies du bon sens »

 

Publié dans positions

Commenter cet article