ENFIN UNE VRAIE CONCERTATION AVEC LES ELUS LOCAUX

Publié le par les-voies-du-bon-sens.over-blog.com

Martel

Au cours de l’été, les membres des 7 associations ont réalisés une douzaine d’entretiens avec les élus suivants :Yves GARY , maire de Turenne, Mr LABORIE, maire de Cuzance, Mme TAURISSON, maire de Noailles, François PATIER, maire de Nespouls,  Jean Pierre DESCHAMPS, maire de Strenquels, Guy LOURADOUR, maire de Cressensac,  Jean Claude REQUIER, maire de Martel, Habib FENNI, maire de Sarrazac, Lucien TEILLARD, maire des Quatre Routes, Mr MISPOULET, maire de St Denis les Martel, Jean Louis PRADEL, maire de Cazillac…

 

Nous avons également eu l’occasion d’échanger avec d’autres élus : Martin MALVY, Président du Conseil Régional Midi Pyrénées, François HOLLANDE Président du Conseil Général de Corrèze,  Alain VACHER, conseiller général de Corrèze, Mr SALVANT, conseiller général de Corrèze, etc.

 

De tous ces contacts, il ressort quelques constats forts.

Pour beaucoup de maires des territoires traversés, ces rencontres ont été la première occasion de réfléchir vraiment au projet, car dans les comités de suivi ils ont surtout écouté. Certains ont ainsi exprimé des positions très différentes de celles qu’on leur prêtait.

 

Quelques clichés justifiant la « voie d’avenir » s’effondrent, notamment :

ainsi, Turenne est d’accord pour laisser passer jusqu’à 250 camions par jour dans le village, pourvu que d’autres voies existantes soient aménagées pour accueillir une partie du trafic vers le sud

Noailles est prêt à envisager un contournement par le sud pour faire sauter le verrou

plusieurs maires estiment que la voie rapide risque de dévitaliser le bassin de Biars Bretenoux

les Quatre Routes ne sont pas favorables à une déviation qui menace le commerce local

etc.

 

Autant de points de vue constructifs-mais pas favorables à la solution « voie d’avenir- qui ne sont pas remontés dans la concertation…

 

Mr REQUIER, maire de Martel continue d’exclure tout aménagement de la côte des Matthieux tout en s’avérant incapable de fournir une explication technique lors de notre entretien.

 

Enfin les élus corréziens manifestent une faible solidarité par rapport au projet de voie nouvelle. Ils évoquent l’état des finances du département. Ils semblent prêts à moderniser quelques voies existantes, notamment le CD 19. Même attitude de la part de Martin MALVY qui confirme que la Région n’investira pas un euro dans ce projet et qui préfère se consacrer à la modernisation du réseau ferroviaire, notamment la ligne Brive-Bretenoux-Aurillac  sur laquelle une centaine de millions d’euros seraient investis.

Publié dans positions

Commenter cet article