LES PROPOSITIONS DES VOIES DU BON SENS

Publié le par les-voies-du-bon-sens.over-blog.com

 

 

 

Ces propositions sont issues des travaux des 7 associations constituant la coordination « Voies du bon sens » et des échanges réalisés au cours de l’été avec une douzaine de maire concernés par les tracés envisagés.

 

3bis--densite-reseaux.jpg

Moderniser les routes existantes

 

 

Il existe déjà un réseau routier très complet irriguant le nord du Lot (cf carte)


Pas moins de 5 solutions relient le nord du Lot au bassin de Brive : 3 à l’Ouest et 2 à l’est.

Ces solutions ouest et est sont reliées par trois passerelles proches de Brive qui permettent à chacun d’y choisir son point d’entrée.

 

Ce réseau à vocation nord-sud est complété par une transversale ouest-est qui relie les sites touristiques les plus intéressants du nord du Lot : Sarlat, Souillac, Martel,  St Denis, Vayrac, Bretenoux et St Céré.

Il utilise au mieux les reliefs naturels. Toute voie nouvelle exigera des saignées irréparables.

 

Sa diversité répond à la diversité des besoins du Nord du Lot et du sud de la Corrèze : poids lourds reliant les bassins de Biars, St Céré et Figeac à des destinations diverses : Europe du nord, du sud et de l’est, et parfois plus simplement aux zones logistiques de Brive est et Brive ouest. Habitants du nord du Lot se rendant à Brive, soit à l’ouest (Carrefour), soit à l’est (hôpital, gare, cinémas…).

 

Les concentrations de poids lourds constatées sur certaines portions ne proviennent pas d’une augmentation fictive du trafic. Elles sont dues aux récentes interdictions faites aux poids lourds de traverser certains villages, les canalisant ainsi sur des voies déjà utilisées par les automobilistes. C’est le cas notamment de Nespouls et Noailles, et, pendant une période récente, de Martel. Ces villages estiment légitimement que la traversée de ces poids lourds crée perturbations et danger.

 La réponse appropriée consiste à y créer des déviations respectueuses des riverains, et non une voie nouvelle qui ne pourra par définition satisfaire tous les besoins.

 

Au-delà des déviations à créer, il faut aussi moderniser les voies existantes pour les rendre plus sures et plus faciles à utiliser en veillant à répartir harmonieusement le trafic pour ne pas concentrer les nuisances. Ainsi le CD 19 qui relie les voies est et ouest à hauteur de Turenne : cette voie corrézienne qui traverse une forêt de Turenne déserte se prête facilement à un élargissement et un arrondissement de quelques virages. De même la fameuse côte des Matthieux mérite-t-elle que deux épingles soient élargies en grignotant sur le rocher.

 

Seule une telle politique apportera une solution durable à la diversité des besoins locaux. Elle préservera le capital des paysages et de l’environnement qui font l’attractivité de ce territoire. Elle pourra se réaliser progressivement, sans mettre en péril les finances locales.

 

 

 

 

 

Explorer aussi les solutions ferroviaires…

 

Pas un mot du Conseil Général du Lot depuis le début du projet à propos des alternatives ferroviaires…

Et pourtant le Conseil Régional Midi Pyrénées annonce un investissement de 800 M€ pour la modernisation des lignes et du matériel roulant. La ligne Brive-Bretenoux-Aurillac n’est pas en reste avec un investissement de modernisation d’une centaine de millions d’euros.

Il faut profiter du potentiel de cette ligne.

Lors d’un débat public organisé en  Avril 2010 à Biars sur Céré, le comité pluraliste de défense de la ligne a demandé qu’on lance des études approfondies sur les potentialités fret de cette ligne qui traverse plusieurs bassins économiques,  et qu’on améliore ses fréquences et ses horaires voyageurs.

Avec seulement 6 trains par jour et des horaires inadaptés aux salariés et aux étudiants, on n’encourage actuellement guère sa fréquentation.

La Corrèze vient de prouver, en reliant Brive à Tulle par 25 liaisons quotidiennes de bonne qualité, qu’on peut créer un véritable engouement qui profite au développement réciproque des deux villes.

 

 

3ter-basssins-economiques.jpg

 

 

Assurer l’avenir économique de Biars-Bretenoux

 

 

 

Biars-Bretenoux, c’est 4000 emplois, soit 6% des emplois du Lot : 1400 emplois dans l’industrie (dont 800 chez les confituriers), mais encore davantage (1600), dans le commerce et les services locaux qui vivent des dépenses des résidents et des touristes.

Un quart seulement des salariés habitent sur place. Les autres proviennent des communes environnantes : Vayrac, Martel, Turenne, etc…Leur faciliter l’accès supposer donc d’améliorer l’ensemble des routes et des accès ferroviaires convergeant vers le bassin.

 

 

La principale interrogation sur l’avenir du bassin est dans son incapacité à attirer sur le site des nouvelles générations de salariés et de chefs d’entreprises capables de prendre la relève des nombreux départs à la retraite. Or il est plus tentant de travailler dans le bassin que d’y vivre.

Le bassin de Brive-Tulle  comporte un important réservoir de main d’œuvre (environ 4000 chômeurs, contre « seulement » 460 à Biars Bretenoux).

Mais il est aussi plus attractif : salaires supérieurs de 10%, immobilier moins cher, 3500 logements sociaux (11%) contre seulement 200 à Biars Bretenoux (5%), choix de collèges et de lycées, offre de commerces et de loisirs, services médicaux rassurants…

 

La voie rapide telle qu’envisagée par le Conseil Général du Lot aura l’effet inverse de celui attendu.

Elle ne convaincra les brivois hésitants ni de déménager, ni de parcourir quotidiennement 90 km.

Par contre elle encouragera les habitants du bassin à se détourner hebdomadairement du commerce et des services locaux pour trouver à Brive davantage de choix et des prix plus bas. Une réduction de seulement 20% des achats locaux représenterait plus de 300 emplois perdus.

 

C’est donc d’abord sur l’aménagement du bassin qu’il faut agir : services, loisirs, logement, transports en commun, offre hospitalière, offre hôtelière, etc.…

Il faut également aider davantage les entreprises à se développer pour créer des emplois : leur proposer des terrains et des locaux, accompagner leurs créations, soutenir leurs projets créateurs d’emplois, les aider à recruter, accompagnement leur transmission à de nouveaux patrons.

 

 

 

 

Publié dans positions

Commenter cet article

les-voies-du-bon-sens.over-blog.com 27/09/2010 21:25


Bravo pour cette approche constructive et merci pour tout ce travail fait au service de notre beau territoire et de tous ces habitants
Marie Céline