Manifeste de la coordination « les voies du bon sens »

bandeau   Nos associations représentent les intérêts des habitants et du patrimoine sur la totalité des territoires du causse de Martel et de ses environs.

 

Nous déplorons que la mise en débat des tracés ait encouragé des conflits de voisinage entre des communes, des habitants et des associations qui défendent pourtant les mêmes valeurs. Le rapprochement de nos associations traduit notre volonté d’y mettre un terme.

 

Ensemble, nous contestons les conditions dans lesquelles le Conseil Général du Lot a organisé la concertation depuis septembre 2009. Nous lui reprochons notamment d’avoir évité tout débat sur l’opportunité du projet et d’avoir  éliminé d’office les solutions les plus raisonnables au profit de voies nouvelles.

 

Nous réaffirmons notre attachement au développement économique du nord du Lot, à condition qu’il soit durable, c'est-à-dire qu’il préserve le patrimoine qui constitue depuis longtemps et pour longtemps son atout majeur.

 

Nous sommes solidaires des préoccupations des habitants et salariés du bassin biarnais et de leur demande d’accès rapide au centre de Brive. Nous sommes favorables à une meilleure répartition du trafic et donc à l’amélioration des voies existantes, via Turenne, Meyssac et Martel. 

 

Nous sommes plus perplexes sur la vraie nature des besoins concernant les poids lourds. L’absence d’études sérieuses sur les perspectives stratégiques des entreprises du bassin au cours de la concertation n’est pas acceptable.

 

De même, le manque d’intérêt affiché pour les enjeux agricoles du projet est scandaleux. Et laisser seulement 15 jours à la Chambre d’Agriculture du Lot pour inventorier les impacts des 5 tracés confirme le peu de cas  que l’on fait de son avis.

 

Les projets de « voie d’avenir »  non basés sur des emprises existantes ne répondent pas à la diversification des enjeux actuels du développement du nord du Lot. Ils témoignent de la part de nos élus d’une vision erronée du développement durable du territoire: ce sont les mêmes qui nous annonçaient il y a quelques années que l’autoroute allait créer des milliers d’emplois. Aéroport international, parc d’activités (virtuel), compagnies low cost et voie prétendue rapide, procèdent d’une même vision simplificatrice du territoire qui a échoué ailleurs. Nous ne résoudrons ainsi ni les problèmes de qualité de notre tourisme, ni les problèmes de compétitivité de nos entreprises, ni les problèmes d’attractivité du bassin de Biars-Bretenoux.

 

Ces projets contreproductifs et démesurés conduisent inexorablement le département à une impasse financière qui se traduira par une explosion des impôts, et à une atteinte irréparable à ses paysages et à sa qualité de vie.

 

Pour ces motifs, les associations signataires appellent à une authentique concertation permettant enfin de débattre de l’ensemble des enjeux et d’envisager toutes les solutions, y compris sur les voies existantes, sans oublier le ferroviaire.

Concernant le trafic poids lourds, elles exigent que des études sérieuses  soient enfin organisées avant de conclure à un quelconque besoin collectif. S’il était confirmé que le réseau existant ne peut  supporter le trafic en totalité, les signataires demanderont que soit prioritairement étudiée l’hypothèse d’un tracé T3-court préféré au T3, par la côte des Mathieux. Les ingénieurs le jugeaient réalisable en 1994; pourquoi l’exclure d’office aujourd’hui?

 

Les signataires affirment solennellement que dans le cas où le Conseil Général ne respecterait pas ces légitimes exigences, ils sont déterminés à s’opposer solidairement par tous les moyens, y compris contentieux, à toute voie nouvelle, quel qu’en soit le tracé.

 

Dans l’immédiat, ils considèrent que la procédure de notation des tracés qui devait s’engager le  31 mai  est prématurée puisqu’elle ne prend pas en compte les solutions les plus pertinentes et qu’elle ne dispose pas du minimum d’études nécessaires  pour s’exprimer en connaissance de cause.

 

Ils exigent donc son report.

 

 

Association du Patrimoine de Cazillac : Jean Louis VANEL

Association Turenne Environnement : Antoine THIEFFRY

Association pour la sauvegarde du patrimoine de Sarrazac : Jean Claude TASSAIN

Association « Va de l’avant » : Anne MEYSSIGNAC

Association de Défense de la vallée de la Merlette : Christian LAMOTTE

Association Les hameaux de Cressensac

Association pour la protection du site et des activités de Cavagnac : Pierre TERRIEUX